SCIENCE
12/04/2012 par admin
Une bacterie pour prevenir une autre !
Une bacterie pour prevenir une autre !

Dans l’arène des bactéries qui peuvent nous affecter par l’alimentation, une en particulier se distingue ces derniers jours du lot. Cet agent jugé extrêmement menaçant par les autorités sanitaires notamment l’EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments), est campylobacter. Elle déclare même que c’est incontestablement le principal sujet de préoccupation vue le nombre de cas de plus en plus croissant enregistré de gastroentérites. Celui-ci a augmenté en Europe de 7% en 2010 avec 212064 personnes contaminées par la bactérie. Pour comprendre davantage le danger que représente cette bactérie, il suffit de la comparer à Escherichia Coli (la bactérie la plus connue responsable des infections alimentaires principalement causées par la consommation de steaks hachés contaminés) qui ne présente que 400 cas, soit 50 fois moins que campylobacter. Malgré ceci, il n’y a pas de raisons pour s’affoler puisque cette bactérie vit dans la viande de plusieurs animaux, notamment les volailles qu’on fait rôtir…poulets, dindes, canards : des porteurs sains que la bactérie ne leur fait rien. Par conséquent, c’est une infection bénigne qu’on peut attraper dont le cas le plus fréquent est la gastroentérite, même si des complications plus graves (cas de syndromes neurologiques) peuvent toucher des personnes à risque ou fragiles (enfants, personnes âgées). Dans ce sens, pour les 70000 sujets touchés au Royaume-Uni, les plus touchés sont les enfants de 0 à 5 ans et les jeunes adultes de 15 à 25 ans, sans doute parce qu’ils ont moins de défenses naturelles que les plus âgés. Il demeure néanmoins judicieux de suivre quelques astuces pour éviter une éventuelle contamination notamment une bonne cuisson (une minuté à 65° s’avère suffisante pour la tuer), le bon usage de votre planche de cuisine (ne découpez pas du poulet cru puis des légumes sur la même planche sans la nettoyer) et le respect des règles d’hygiène les plus basiques (la propreté des mains…). La Commission Européenne a pensé également à assurer son rôle dans la limitation de ce nouveau fléau en mettant en place une réglementation pour rendre obligatoires des mesures de maîtrise de la contamination de l’abattage  (principale cause de la contamination de la viande de volaille). Avec les guides de bonnes pratiques qui existent déjà, la bactérie du poulet peut voir certainement son  extension freinée.  

NEWSLETTER

Entrez votre courriel pour vous joindre à notre liste de diffusion !

VIDEO ZAPPING

PLUS DE VIDEO

SONDAGE

Installer un r?acteur nucl?aire en Tunisie

Pour

Contre

Résultats