INTERVIEWS
15/05/2012 par admin
interview exclusive avec Mr Jean-Luc Romero (partie2)
interview exclusive avec Mr Jean-Luc Romero (partie2)

Vous êtes le premier homme politique en France à annoncer dans votre livre « Virus de Vie » votre séropositivité au VIH en Mai 2002.Depuis, vous militez fortement contre le VIH. Pouvez-vous nous parler un peu de votre parcours richissime consacré à la lutte contre le VIH ?


Alors moi j’ai commencé à lutter bien avant l’année 2002. Je l’ai dit 2002 publiquement mais j’ai crée en 1995 en France une association qui s’appelle les élus locaux contre le sida qui est une association qui réunit quant même 15000 élus aujourd’hui en France qui vient en fait un bruit de fond autour de la lutte contre le sida parce que comme je le disais tout à l’heure c’est une épidémie politique et il faut la parole du politique. Donc j’ai commencé assez rapidement pas publiquement à faire de mon combat individuel, le mien contre la maladie, un combat collectif mais je ne l’ai pas dit tout de suite parce que comme je le disais tout à l’heure ça reste une maladie honteuse, et en plus en politique toutes les maladies sont tabous c'est-à-dire vous devez cachez quant vous avez une maladie et je pense que c’est une erreur car le politique doit montrer qu’il est comme les autres à partir du moment que ça ne l’empêche pas de donner son travail, de gouverner, de faire son travail d’élu, il n’y a pas de raison. On vit de plus en plus vieux, c’est vrai qu’aujourd’hui on a gagné 3 heures d’espérance de vie mais avec des accidents de la vie. Je pense que les politiques s’honoreraient à reconnaitre qu’ils sont comme tout le monde et qu’ils peuvent avoir des maladies aussi et donc évidemment je ne parlais pas cette maladie parce que personne ne l’a fait peut être dans le monde je ne connais pas d’exemples d’élus qu’ils l’ont fait et puis en 2002 pourquoi je l’ai fait et parce que ça faisait donc des années que je faisais des réunions partout, je venais dans les télévisions françaises, les radios pour dire que s’était pas une maladie honteuse et au même temps je ne le disais pas moi-même publiquement. Donc quelque part, il y avait une espèce de paradoxe. Mon discours à un moment ne coïncidait plus, je me suis dit voilà, il faut le dire parce que j’aurai beaucoup plus de crédibilité à dire que ce n’est pas une maladie honteuse et qu’il ne faut pas discriminer les malades si je dis moi-même que je suis attrapé. Ce n’est pas quelque chose de simple quand vous faites de la politique et voila c’est pourquoi je l’ai dit tard. Mais j’étais militant très rapidement parce que j’estimais que le politique devait jouer son rôle, donc c’est sûr qu’il y a des associations qui font un travail remarquable mais quand une maladie aussi compliquée qu’elle touche à des ressorts aussi intimes et qu’elle suscite autant de rejets, le politique doit dire quelque chose donc de ne pas rejeter une malade parce qu’il est malade. Et je pense que l’exemplarité joue même si malheureusement depuis je n’ai pas fait des petits. Heureusement, aucun homme ou aucune femme politique en France ni d’ailleurs dans notre vie, nous sommes à une époque où des artistes ou des gens connus dans le monde on peut le dire comme Magic Johnson, ce grand sportif aujourd’hui plus personne va oser en France, personne ne le dit, il ya une espèce de trouille et pourtant il ya en France 160000 personnes qui sont atteints par le sida en France dont le 1/3 ne sait pas son statut, mais ils sont 160000 et cette maladie elle n’est pas visible, donc je pense qu’il y avait une nécessité à un moment moi j’allais décider. Rien ne m’obliger de faire de mon combat individuel, faire mes trucs ne rien dire comme les autres, cacher et ne pas m’occuper de cette maladie là. J’ai vu qu’à un moment parce que j’étais concerné, parce que les autres ne se donnaient pas suffissement, il fallait que moi-même à un moment je le dise et ça donnait peut être plus de crédibilité à mon combat parce qu’en plus quand je parle de la maladie, de ses conséquences…je sais de ce que je parle parce que je le vis, ça fait cette année, 25 ans au mois de Septembre que je sais que je suis séropositif, j’ai traversé toute l’histoire de la maladie.

NEWSLETTER

Entrez votre courriel pour vous joindre à notre liste de diffusion !

VIDEO ZAPPING

PLUS DE VIDEO

SONDAGE

Installer un r?acteur nucl?aire en Tunisie

Pour

Contre

Résultats