SCIENCE
20/07/2012 par admin
Les produits de beaut
Les produits de beaut

Même si leur utilisation est généralisée ou plus encore assez fréquente surtout chez la gente féminine, les produits de beauté notamment les vernis à ongles, les savons, les parfums, les crèmes hydratantes…sont accusés d’accroitre le risque de développement d’un diabète de type 2 ou d’un diabète non-insulino dépendant. Avec eux, d’autres produits de consommation comme les voitures, les jouets, les emballages alimentaires…, sont également pointés du doigt. Pour cause, les phtalates  qui sont des produits chimiques dérivés de l’acide phtalique et qui se composent d’un noyau benzénique et de deux groupements carboxyles avec une taille de la chaîne alkyle assez variante. Ils sont généralement employés comme plastifiants, ou agent fixateur. Il est à préciser que certains de ces phtalates constituent des perturbateurs endocriniens (ayant une activité proche des œstrogènes : l’hormone sexuelle féminine), ce qui fait d’eux des produits à éviter pour la population masculine vu qu’ils causent infertilité et stérilité. Afin de prouver l’implication de ces composés dans la manifestation du diabète de type 2, des chercheurs du Brigham and Women’s Hospital de Boston se sont basés sur une cohorte comportant 2350 femmes entre 20et 80 ans. Les conclusions de l’étude sont irrémédiables. Ainsi, le dosage des phtalates dans les urines des femmes plus exposées à ces molécules par exemple par un usage plus fréquent des produits de beauté et donc une plus grande concentration en ces composés, confirme un risque plus important de développer un diabète insulinorésistant que celles dont les taux sont les plus faibles. Ceci étant applicable à la majorité des molécules de phtalates sachant qu’elles n’induisent pas toutes le même effet, à titre d’exemple, les phtalates 3-carboxypropyl sont associés à un risque de déclarer le diabète accru de 60% alors que les phtalates mono-n-butyle et di-2-éthylhexyle présentent un risque estimé à 70% de contracter la maladie. Néanmoins, il ne faut pas autant vous soucier de cette étude tant qu’elle n’est pas accompagnée d’autres, expliquant et confirmant davantage les propriétés néfastes pour la santé voire toxiques de ces molécules, vu qu’elles entrent même dans la composition de certains dispositifs traitant le diabète. Au demeurant, l’exposition à ce polluant omniprésent demeure inévitable et le changement des pratiques industrielles pour limiter son utilisation reste étroitement lié à une progression scientifique, ce qui n’est pas finalement pour demain.  

NEWSLETTER

Entrez votre courriel pour vous joindre à notre liste de diffusion !

VIDEO ZAPPING

PLUS DE VIDEO

SONDAGE

Installer un r?acteur nucl?aire en Tunisie

Pour

Contre

Résultats