ENVIRONNEMENT
08/08/2012 par admin
La Chine derri
La Chine derri

Afin qu’elle ne passe aux oubliettes, l’écologie en Tunisie a pu trouver, ces derniers jours,  une petite place dans les actualités essentiellement politiques, économiques et sociales que connait le pays depuis sa révolution. Ainsi, le gouvernement dans la personne du ministre de l’Industrie, Lamine Chakhari et la ministre de l’environnement, Mamia El Banna, est en phase de clore définitivement un dossier qui n’attend plus qui est celui des polluants industrialisés rejetés en mer du Golf de Gabès. Un problème qui n’a pas cessé d’empirer les conditions de vie dans la région et d’attribuer une mauvaise réputation environnementale au Groupe Chimique Tunisien (Gct). Il faut rappeler que le phosphogypse est issu du traitement des minerais naturels phosphatés et même avec son caractère légèrement radioactif en raison des traces d’uranium et de radium présentes dans le minerai phosphaté, il continue à être déversé dans la mer ce qui présente une source considérable de pollution et d’eutrophisation des milieux. Face à tous ces dégâts et manquant de moyens, le Gct a décidé de lancer un appel d’offres international afin de résoudre son éternel défaut. Selon, une réunion tenue le vendredi 3 Aout 2012 entre les deux ministres, la volonté gouvernementale se dirigerait vers une coopération Tuniso-chinoise. Cette séance de travail s’est portée sur l’examen des opportunités de coopération avec la compagnie chinoise (WENGFU Group) et la Banque Chinoise de Développement (China Development Bank). Même si d’autres opérateurs n’ont pas encore montré leur intérêt, cette nouvelle pourrait bien calmer certains esprits indignés par la situation à Gabès. On attendra tout de même la finalisation de l’accord et le commencement des travaux pour lancer les festivités.    

NEWSLETTER

Entrez votre courriel pour vous joindre à notre liste de diffusion !

VIDEO ZAPPING

PLUS DE VIDEO

SONDAGE

Installer un r?acteur nucl?aire en Tunisie

Pour

Contre

Résultats