SCIENCE
03/09/2012 par admin
Les bact
Les bact

Une étude américaine récente effectuée au sein de l’Université de Chicago par une équipe de chercheurs sous la direction du docteur en pathologie Yang-Xin Fu a révélé que la nature de la flore commensale qui tapisse les villosités intestinales peut bien accélérer la prise de poids lors de l’ingestion d’aliments trop riches en calories. Pour comprendre un peu le phénomène, les chercheurs ont fait la comparaison de deux lignées de souris différentes : l’une d’entre elles ayant une mutation génétique touchant un gène responsable de l’expression de la lymphotoxine, une molécule impliquée dans la régulation de la flore intestinale par les lymphocytes du système immunitaire. Les deux lignées de souris ont été soumises à un régime alimentaire hypercalorique pendant neuf semaines. Les résultats obtenus ont montré que les souris ne présentant pas de défaut génétique ont eu une augmentation de poids d’environ 30% alors que les souris mutées n’ont pas pris de grammes malgré le régime riche en graisse. Les chercheurs ont découvert chez les souris normales devenues obèses une invasion de l’épithélium intestinal par les bactéries du genre Erysopelotrichi par opposition à l’épithélium des souris mutées tapissé par des bactéries SFB( Segmented Filamentous  Bacterium ) qui sont impliquées dans des réactions inflammatoires. Ces découvertes importantes pourraient bien ouvrir la porte pour un nouveau traitement contre l’obésité basé sur la régulation de la prolifération de plus de 500 espèces bactériennes dans les intestins et ceci en comprenant un peu plus les mécanismes de régulation immunitaires.

NEWSLETTER

Entrez votre courriel pour vous joindre à notre liste de diffusion !

VIDEO ZAPPING

PLUS DE VIDEO

SONDAGE

Installer un r?acteur nucl?aire en Tunisie

Pour

Contre

Résultats