TECHNOLOGIE
10/10/2012 par admin
De l
De l

Viser à créer une nouvelle essence green est le but que s’est fixé l’US Naval et notamment en faisant appel à son laboratoire, l’US Naval Research Laboratory (NRL). Une démarche qui vient après un important constat du commandant militaire de transport maritime de l’US Navy, en charge de l’alimentation en carburant de la flotte américaine et qui a livré l’année dernière quelques six cents millions de gallons de combustibles (environ deux milliards deux cent soixante-dix millions de litres) aux bateaux en état de fonctionnement. Selon lui, ce processus demande beaucoup de temps, de coordination et surtout d’argent pour effectuer le ravitaillement des navires en mer, chose qui peut au bout du compte attenter à la sécurité nationale. Dr Heather Wilauer, responsable des recherches au NRL explique :<<la réduction de la chaîne logistique de la livraison de carburant sans contrepartie environnementale ; en plus d’accroître la sécurité et l’indépendance énergétiques de la Marine>>. Un triple objectif qui a de forte chance de séduire les pouvoirs publiques à cette alternative pour le peu prometteuse vu qu’elle a déjà été testé avec succès en utilisant de l’eau de mer du Golf du Mexique. Une technologie assez révolutionnaire qui se base sur l’extraction du dioxyde de carbone, la production de l’hydrogène à partir d’eau de mer et finalement son utilisation pour générer du biocarburant, sachant qu’elle ne présente qu’un coût de production entre trois et six dollars le gallon (NDLR : 1 gallon=3.78 litres). Néanmoins, du temps est requis pour peaufiner encore ces travaux et donc envisager la possibilité de voir l’eau de mer investir les réservoirs des bateaux de l’US Navy, une chose est sure, cette voie un peu fantaisiste aujourd’hui peut devenir une solution très efficace afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans les transports que se soit dans le secteur aérien ou maritime. Il faut dire qu’avec les polémiques qui ne cessent de tourner au tour des biocarburants élaborés à base de plantes dont la jatropha, les agrocarbuants ou les essences alternatives, une autre approche est exigée notamment celle-ci.      

NEWSLETTER

Entrez votre courriel pour vous joindre à notre liste de diffusion !

VIDEO ZAPPING

PLUS DE VIDEO

SONDAGE

Installer un r?acteur nucl?aire en Tunisie

Pour

Contre

Résultats