SCIENCE
24/12/2012 par admin
Mortalite : l'obesite pointee du doigt!
Mortalite : l'obesite pointee du doigt!

Selon une étude relative à la mortalité et l’espérance de vie à travers le monde, l’obésité pourrait engendrer la mortalité trois fois plus que la malnutrition. L’étude publiée dans le journal dédié à la santé The Lancet, et faite par  environ 500 spécialistes répartis dans une cinquantaine de pays, démontre que l’espérance de vie s’est allongée de plus de 10 ans en moyenne sur les 40 dernières années, en revanche, les maladies liées à la vieillesse et au mode de vie, à savoir les maladies cardiovasculaires, cancers, diabètes ont régressé la qualité de vie. Ainsi, la comparaison  relative aux données sur la mortalité provenant de 187 pays en 1970, 1990 et 2010 révèle que les hommes ont bénéficié de 11,1 années d’espérance de vie(de 56,4 ans à 67,5 ans)et de plus pour les femmes(61,2 ans à 73,3). Les japonaises sont classées les premières, avec une espérance de vie de 85,9 ans et les islandais avec 80 ans en moyenne.

 

Le facteur numéro un de décès prématurés est notamment le mode de vie. En effet, en 2010, 52,8 millions de personnes sont mortes dans le monde, soit 13,5% de plus qu’en 1990(46,5 millions) et 21,9% de plus qu’en 1970(43,3millions). Alors que la population mondiale a presque doublé ces 40 dernières années.

 

L’évolution des causes de la mortalité mondiale enregistrée durant cette période signale que les maladies liées à la vieillesse ou au mode de vie engendrent  à peu près les deux tiers des décès prématurés, loin devant les maladies infectieuses qui occupaient une place importante dans les décès en 1990. L’exemple de l’hypertension artérielle causée par une mauvaise alimentation, le tabagisme et l’alcool, engendre plus de 20 millions de décès en 2010. En outre, l’obésité cause la mort de 3 millions de personnes  alors que la malnutrition et la sous-nutrition sont responsables de seulement 1 million de décès la même année.

 

D’un autre côté, on révèle une nette baisse du taux de la mortalité infantile de 60% (16,4 millions de victimes en 1970, 6,8 millions en 2010). La Sierra Leone en est bien l’exemple (-68,3%). Ainsi, l’amélioration des soins, la meilleure protection contre les maladies (notamment grâce aux campagnes de vaccination) et la meilleure éducation des individus qui améliorent l’hygiène sont les principaux facteurs d’un tel progrès touchant particulièrement les enfants.

 

Cependant, le taux de mortalité des jeunes adultes (entre 15 et 49 ans) connait une augmentation de 44% sur cette même période en raison notamment de la hausse des homicides, du nombre d’accidents de la circulation et également du Sida (depuis 1980). Partant, la mortalité a augmenté à plus de 500% au Botswana, en Afrique du Sud, en Zambie et au Zimbabwe. Une  tranche d’âge à considérer davantage.

NEWSLETTER

Entrez votre courriel pour vous joindre à notre liste de diffusion !

VIDEO ZAPPING

PLUS DE VIDEO

SONDAGE

Installer un r?acteur nucl?aire en Tunisie

Pour

Contre

Résultats