TECHNOLOGIE
14/02/2013 par admin
Recyclage : Et si on songeait aux megots de cigarettes ?
Recyclage : Et si on songeait aux megots de cigarettes ?

Malgré les nombreux messages de sensibilisation, fumer demeure un acte quotidien irrésistible pour des millions de personnes à travers le monde. L’expansion incessante de cette pratique a attiré vers elle les intérêts mais d’une autre manière. Alors que l’industrie du tabac alimente de façon progressivement croissante et continuelle la déforestation (quelque 600 000 arbres sont abattus chaque année dans le monde pour pouvoir honorer la demande) et le rejet annuel dans l’atmosphère de 2 600 000  tonnes de CO2 (dioxyde de carbone) et de 5 600 000 de CH4 (méthane) si l’on en croit une étude de la Fondation de recherche de Florida State University (Etats-Unis), une solution dans ce sens semblait assez inévidente sachant que ces effets demandent de longues années pour se dégrader. Fallait-il rester les bras croisés ?

 

En tout cas, ce n’est pas la décision de Monsieur Tom Szaky, jeune PDG de l’entreprise américaine Terra Cyde, qui a préféré agir sur les mégots de cigarettes pour réduire leur impact environnemental considérable. Il est difficile de croire que ces petits bouts peuvent causer autant de dégât sur l’environnement bien que ça soit le cas. Lancé au Canada en mai, étendu depuis aux Etats-Unis et en Espagne, ce qu’on peut appeler le premier programme au monde de recyclage des mégots de cigarettes assure la collecte des mégots et des cendres via des bénévoles, leur transformation en plastique et finalement son utilisation pour faire de nouveaux produits, dont des cendriers. Il faut préciser que le programme ne vise pas directement l’image de l’industrie du tabac mais veut sensibiliser les fumeurs et les consommateurs d’une façon générale à la cause environnementale. La procédure du travail proprement dite commence par la récolte des mégots, suivie de leur traitement (stérilisation puis dissection). Au cours de cette étape, le papier et le tabac sont séparés avant de finir en compost. L’acétate de cellulose (une matière plastique) utilisé dans le filtre, et autre acteur important de cette même étape, sera récupéré, fondu et réutilisé pour faire toutes sortes de nouveaux produits et c’est le principe même du recyclage.

 

Innovante et profitable, cette génialissime idée a d’ores et déjà séduit tout le monde à commencer par l’industrie du tabac elle-même qui s’est portée responsable du lancement du programme aux Etats-Unis et en Espagne. D’autres clients s’impatientent de l’adopter comme la France, l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche, le Norvège, le Danemark, la Suède, la Finlande et peut-être bientôt le reste de l’Europe. Difficile de ne pas céder à la tentation d’une telle innovation surtout en tenant compte des deux mille milliards de mégots jetés chaque année dans le monde. Un véritable fardeau de point de vue pollution et déchet qui peut désormais être résolu définitivement grâce à ce programme unique au monde.

 

Somme toute, cette nouvelle ne peut qu’être excellente pour l’environnement car elle garantie d’une manière intelligente et efficace la résolution d’un problème certes existant mais nettement sous-estimé. Elle innove même dans le produit qu’elle cible, les mégots : un produit qu’on pensait non recyclable mais pourtant il l’est. En tout cas, les mégots sont maintenant hors d’état de nuire, vivement les chewing-gums ! 

NEWSLETTER

Entrez votre courriel pour vous joindre à notre liste de diffusion !

VIDEO ZAPPING

PLUS DE VIDEO

SONDAGE

Installer un r?acteur nucl?aire en Tunisie

Pour

Contre

Résultats