ENVIRONNEMENT
28/02/2013 par admin
Fraude alimentaire : les poissons touches!
Fraude alimentaire : les poissons touches!

A l’heure où l’Europe essaye de se soigner des séquelles de la dernière fraude alimentaire impliquant directement la viande chevaline, les Etats-Unis sont en phase de voler les lumières aux européens pour un autre genre de fraude, probablement plus dangereuse que sa précédente.

 

Au moment où les industriels de l’agroalimentaire européens tendent tant bien que mal de sauver l’immeuble en retirant de manière continue des grandes quantités de plats surgelés cuisinés à base de bœuf, leurs homologues aux Etats-Unis, devraient quant à eux se préparer sinon prévenir dans l’immédiat à ce qui peut devenir une sérieuse affaire de fraude alimentaire. Loin du monde des viandes, pour ces derniers la menace peut venir de la mer et plus précisément des produits de la mer comme les poissons. Importants composants de notre alimentation, les chiffres les concernant portent au doute si ce n’est à la crainte. Ainsi, selon une grande enquête élaborée par l’ONG Oceana entre 2010 et 2012 sur la fraude d’étiquetage de la nourriture issue de la mer, elle montre que 33% des poissons vendus sont mal étiquetés plus encore dans les restaurants de sushis, 74% des poissons vendus aux consommateurs étaient mal étiquetés. Une alerte à prendre au sérieux vu que cette étude s’est basée sur 1215 échantillons répartis sur 21 Etats des Etats-Unis analysés par des tests ADN confirmant la non-conformité du un tiers du nombre total des échantillons par rapport aux normes de la Food ana Drug Administartion (FAD). Alors à quoi s’attendre au juste aux Etats-Unis ?

 

Essentiellement le vivaneau et le thon blanc sont les poissons les plus touchés par le défaut d’étiquetage et le sont encore. Dans respectivement 59 et 87 % des cas, les tests ADN ont révélé la présence d’autres espèces qui ne figuraient pas sur les étiquettes des emballages. Aussi, seulement 7 des 120 échantillons de vivaneaux commercialisés étaient véritablement du vivaneau. Plus inquiétant encore, 84% des échantillons de thon blanc étaient en réalité des représentants de Lepidocybium Flavobrunneum, ou escolier noir (une espèce de poissons qui peut provoquer des problèmes digestifs graves). Une situation grave ou pas autant que ça ?

 

Avec des nouvelles analyses entreprises sur le saumon, la morue, le thon, la sole, le flétan, le bar et le mérou et des pourcentages de fraudes aussi alarmants que ceux précédemment cités, ce qui était un léger problème de fraude alimentaire aux Etats-Unis tourne aujourd’hui à la panique si ce n’est au scandale. En sachant que les Etats-Unis sont très bien classés à l’échelle des exportateurs mondiaux des produits de la mer, doivent-ils se préoccuper pour l’avenir d’un tel statut ?            

NEWSLETTER

Entrez votre courriel pour vous joindre à notre liste de diffusion !

VIDEO ZAPPING

PLUS DE VIDEO

SONDAGE

Installer un r?acteur nucl?aire en Tunisie

Pour

Contre

Résultats