TECHNOLOGIE
20/03/2013 par admin
Endoscopie : petit comme ca, efficace comme ca!
Endoscopie : petit comme ca, efficace comme ca!

Vous savez ce qu’est l’endoscopie ? Pourtant, elle ne cesse de sauver des vies. Cette merveilleuse technique qui consiste en l’introduction de fibres optiques à l’intérieur du corps afin d’observer directement in situ des lésions, des kystes ou des tumeurs et ainsi permet de dépister de manière plus efficace et surtout plus précoce des maladies qui peuvent présenter un danger si ce n’est au présent, au futur. L’utilisation de l’endoscopie devient de plus en plus indispensable notamment pour bon nombre de chirurgiens qui voit en cette technologie une précieuse aide pour aller au bout d’opérations très fines et augmenter les chances de les réussir. L’endoscopie est sans doute au service des patients, mais peut-on demander plus ?

 

Il faut tenir compte d’un paramètre important qui caractérise ces machines, qu’elles soient rigides ou flexibles, leur taille qui occupe assez de place pour leur offrir une meilleure utilité. Un autre problème qui s’ajoute, diminuer le diamètre des endoscopes signifie abréger la qualité de l’image observée, ce qui n’est en aucun cas souhaité. Alors que faire ? La solution, émane des ingénieurs de l’université Stanford (Californie, Etats-Unis) qui s’en sont chargés. Grâce à une nouvelle technique qu’ils viennent de développer, tous leurs pronostics s’accordent pour affirmer leur réussite à mettre au point un micro-endoscope extrêmement fin (de l’ordre de 200 μm) pouvant fournir une image de 80 000 pixels à une résolution de 0.3 μm  sous forme d’une fibre unique. Afin se s’arrêter sur l’exploit, actuellement les endoscopes les plus performants ont un diamètre de 500 μm, pour une résolution de 3 μm et 10 000 pixels pour l’image. Ils se composent également de plusieurs fibres, chose qui affaiblie les rayons de lumière qui voyagent à travers ces dernières et influe négativement sur la qualité de l’image résultante qui se brouille dans ces différentes routes.

 

C’est justement le travail de Joseph Kahn, Reza Nasiri Mahalati et Ruo Yu Gu qui se sont parvenus à compenser la perte de qualité de l’image en concevant un modulateur spatial de la lumière qui envoie des signaux à un algorithme informatique à l’origine d’un nouveau logiciel dont le but est la réinterprétation du signal qui lui parvient. Pour y penser, ces scientifiques se sont inspirés de travaux récents stipulant que l’envoie de rayonnements aléatoires permettait d’accélérer les images visionnés pas IRM. De la sorte, le modulateur spatial de la lumière émet des rayonnements de manière aléatoire dans la fibre optique. Poursuivant presque leur chemin classique, les rayons empruntent différents modes et au final, les photons sont réfléchies sur le tissu vivant et repartent au sens inverse dans la fibre, jusqu’à l’ordinateur qui va les analyser. A leur grande surprise, une image d’une qualité nettement supérieure a été observée. Nul doute que leur algorithme contribuait largement à cette première technologique défiant plus que jamais les lois de la physique.   

 

Si ce micro-endoscope porte aujourd’hui beaucoup d’espoir notamment pour les patients qui souffrent lors de l’insertion d’endoscopes épais et invasifs, son prototype peut encore se développer et être amélioré. Difficile de s’imaginer un tel scénario surtout en tenant compte de l’incontestable exploit scientifique et technologique que présente cette version. Mais la science nous a appris que rien n’est impossible ! Attendons les années à venir pour voir naître le premier endoscope pouvant découvrir l’intérieur du corps jusqu’à des limites encore inimaginables, pourquoi pas les composants de la cellule ?       

NEWSLETTER

Entrez votre courriel pour vous joindre à notre liste de diffusion !

VIDEO ZAPPING

PLUS DE VIDEO

SONDAGE

Installer un r?acteur nucl?aire en Tunisie

Pour

Contre

Résultats