INTERVIEWS
18/03/2012 par admin
Interview exclusive avec Mr Eric Laitat (partie3 suite)
Interview exclusive avec Mr Eric Laitat (partie3 suite)

L’écoconstruction DOIT se généraliser partout dans le monde. Mais il faut identifier les bons leviers d’actions pour soutenir le marché, améliorer le bien être dans nos lieux de vie et protéger l’environnement : réduire le gaspillage des matières premières, réutiliser les matériaux et améliorer le recyclage (reduce, reuse, recycle). Des filières se mettent en place progressivement. Certaines, comme le recyclage des matériaux inertes (débris de construction) sont au stade industriel en Europe. Elles génèrent des bénéfices, des emplois et de nouveaux produits dérivés.

Mon constat, y compris sur le marché européen est que le marché peine à décoller. Regardez le marché de l’énergie photovoltaïque qui s’effondre en Europe sous les coups de la crise et des limites des mécanismes de soutien au changement (primes, subsides, taux bancaires). Je reprends ma posture de ‘chercheur’ avec une démarche ‘scientifique’. En faisant partie du système qu’il observe, l’expérimentateur n’est pas à la meilleure place pour l’analyse !

6-Quelles sont vos contributions dans ce domaine? 


Mon parcours professionnel m’a amené à travailler dans une quarantaine de pays, pour y conduire des expérimentations, faire des mesures et observations, donner des séminaires, des conférences, animer des ateliers, rencontrer des collègues, mener des négociations, transférer des connaissances et un savoir-faire…

 

Je suis un adepte de la rencontre et de l’aventure humaine, de la dissémination et j’affectionne en particulier des projets avec de grands effets démultiplicateurs : par la masse ou par la diversité et la complexité des composantes qu’ils impliquent.

 

J’ai travaillé comme expert à la planification de la politique de la recherche environnementale à la Commission européenne de 2000 à 2003. Dans le cadre de ce travail, j’ai eu à suivre, entre autres, un dossier relatif à l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments. Il en est sorti la fameuse Directive 2002/91/CE du 16 déc. 2002. C’est un document cadre. Ce n’est ni un document à haut contenu technique, ni un document révolutionnaire. Mais, il était clair pour moi que l’Europe se donnait les moyens d’encadrer une réduction massive de la consommation d’énergie via la construction. C’est une expérience de vie personnelle qui m’a conduit à l’éco-construction et la construction durable : du côté conceptuel et ‘politique’ au côté pratique et ‘à l’action’.

En 2000, il se fait que j’ai acheté un gros bâtiment de ferme en ruine, que mon épouse et moi avons réhabilité en 2001 en gîtes de vacances écologiques ouvert à l’écotourisme. Nous avons écoconçu la réhabilitation de cette bâtisse en bâtiment basse consommation (1.800 l de fuel de chauffage par an pour 300 m2 habitables). Cette réalisation a été primée à trois reprises au titre de l’énergie, au titre de la construction et au titre de l’action citoyenne dans l’Energie et le Développement durable. Vous pouvez aussi visiter ces gîtes de vacances en Ardennes : EnerGîte (http://www.energite.be). Le ‘succès’ de cette réalisation m’à amené à travailler de 2007-2008 pour la Confédération Construction Wallonne, la fédération des professionnels du bâtiment dans la Belgique francophone qui rassemble plus ou moins 5.000 entreprises du bâtiment, pour faciliter la mise en œuvre de la directive européenne 2002/91/CE, puis à un programme d’actions ciblées visant à favoriser l’émergence du marché en Wallonie avec une sélection de 150 entreprises ‘pionnières’ du marché de la construction de 2008-2009 : constructeurs, architectes et fabricants de matériaux de construction réunis. Le bâtiment est un moteur pour l’économie, il touche profondément l’homme qui y vit, travaille, élève sa famille et a du sens pour l’environnement et la société. La matière est passionnante. Cette expertise m’a amené en Tunisie en 2010 pour une mission d’une soixantaine de jours, suite à une sélection parmi un panel de candidats experts internationaux, dans le cadre d’une mission de l’Union européenne pour la mise en place de l’écoconstruction dans le bâtiment civil (votre MEHAT) à l’heure où l’Agence Nationale pour la Maîtrise de l’Energie votre ANME travaillait sur la certification des bâtiments avec les TANITS. Le projet de 15 mois a débuté en 2012. Je remercie encore Monsieur le Directeur général Sahbi Missaoui et mon vis-a-vis, Monsieur Zoghlami Nizar, un ingénieur particulièrement éclairé.


NEWSLETTER

Entrez votre courriel pour vous joindre à notre liste de diffusion !

VIDEO ZAPPING

PLUS DE VIDEO

SONDAGE

Installer un r?acteur nucl?aire en Tunisie

Pour

Contre

Résultats